Comprendre les barrières à la prévention de la douleur iatrogène .

Partager sur :

Il a été récemment montré que la douleur induite par les soins est peu prise en compte et peu traitée malgré la disponibilité de traitements de prévention efficaces. Les prises de sang ou le changement d’aiguille sur chambre implantable sont parmi les actes les plus fréquents chez les patients atteins de cancer. La prévention de la douleur induite par ces geste est fréquemment inexistante malgré la disponibilité de moyens simples et alors que les connaissances scientifiques montrent que la répétition d’un geste douloureux engendre l’augmentation de la douleur induite. Ceci représente pour ces patients déjà sujets à des douleurs récurrentes directement liées à leur maladie une source de douleur supplémentaire, évitable et donc inacceptable.  
Une enquête menée par un sociologue est destinée à identifier et à mieux comprendre les barrières organisationnelles, cognitives et culturelles qui aboutissent à un défaut de prise en compte ce type de douleur. Cette intervention sera accompagnée de création et diffusion d’outils de communication destinés à sensibiliser les professionnels et les patients à cette problématique.
CEPPRAL, Coordination pour l’Evaluation des Pratiques Professionnelles en Rhône Alpes en partenariat avec le Centre Hospitalier Lyon Sud, unités de médecine et de chirurgie

Iatrogène : Douleur provoquée par un acte médical ou à un traitement.