« Aie ! J’ai mal »

Partager sur :

Douleurs inexpliquées de l’enfant : que faire lorsque les examens ont écarté une quelconque maladie?

Comme les adultes, les enfants et adolescents sont concernés par des douleurs  abdominales, musculosquelettiques, céphalées, qui bien souvent disparaissent avec une prise en charge par le médecin traitant. Mais lorsque la douleur chronique* s’installe, elle devient envahissante, invalidante : elle occupe toute la vie de l’enfant et de la famille. La diminution des activités, l’absentéisme scolaire et la perte du réseau social nourrissent le cercle vicieux et entretiennent la douleur.

Pour certains enfants, lorsque les examens ont écarté une quelconque maladie, que peut-on proposer ? Quels traitements mettre en place ? De nouveaux examens seront-ils utiles ? Comment prendre en compte la dimension psychologique ? Comment s’en sortir ?

Soucieuse de faire progresser la prise en charge de la douleur dans des domaines peu explorés, la Fondation APICIL encourage les projets novateurs sur ce thème.

Elle participe notamment, avec l’équipe de pédiatrie du Centre de la douleur de Lyon, à la création d’un livret pédagogique. Ce livret sera mis à disposition des équipes pédiatriques en France pour aider l’enfant et sa famille à mieux comprendre les mécanismes de la douleur chronique.

La Fondation APICIL soutient également une recherche sur les douleurs médicalement inexpliquées, mise en place entre les Centres de la douleur de Lyon, Saint-Etienne et Paris. Ce travail vise à mieux caractériser les processus somatiques, psychologiques et environnementaux de la douleur chronique chez l’enfant et l’adolescent. Les résultats permettront de diminuer l’errance thérapeutique et d’éviter la pérennisation des troubles à l’âge adulte en proposant des prises en charge plus ciblées.

* La douleur chronique inexpliquée, permanente ou récurrente, est une douleur de plus de 3 mois, en l’absence de lésion et résistante aux traitements habituels.