Acupuncture et douleur en soins palliatifs

Partager sur :

Les patients en soins palliatifs présentent de nombreuses douleurs, des nausées et vomissements, des troubles de l'appétit, du sommeil du transit, et beaucoup d’autres symptômes, parfois renforcés par des prises médicamenteuses importantes dues notamment au traitement du cancer.

L'acupuncture est une méthode diagnostique et thérapeutique selon une approche énergétique. Son nom vient du latin acus « aiguille » et pungere « piquer ».  Elle consiste en l’insertion d’aiguilles très fines dans la peau ou les tissus sous-cutanés sur des points précis du corps. La médecine chinoise sur laquelle s'appuie l'acupuncture établit un diagnostic selon des principes énergétiques différents de la physiologie organique connue en occident. Elle permet de comprendre certains symptômes, entre autres certaines douleurs, non expliqués par nos connaissances actuelles en anatomie, neurologie, biochimie. Ouvrir la compréhension des symptômes complexes à un autre champ de pensée favorise les chances de soulager le malade.

En effet, l'acupuncture prend une place dans l'accompagnement des patients en cours de traitement contre le cancer. Elle permet de diminuer certains effets secondaires de la maladie ou des traitements favorisant les douleurs tels que la fatigue, les nausées et les vomissements, la constipation, la sécheresse de la bouche, l'anxiété. L'acupuncture peut aider à la prise en charge des symptômes en lien avec la pathologie cancéreuse ou secondaires aux traitements comme les chimiothérapies.

Une séance d'acupuncture dure environ 30 minutes une fois que les aiguilles sont installées. Les effets sont ressentis immédiatement ou de façon différée. Il est préconisé de réaliser un suivi hebdomadaire, bimensuel ou mensuel pour l'entretien des bénéfices.

Mais en matière de recherche, il n’existe pas d’études françaises sur la question de l’efficacité de l’acupuncture sur les symptômes de patients suivis en soins palliatifs, alors que d’autres pays ont déjà ouvert la voie.