L’hypnose : une technique efficace pour soulager la douleur

Partager sur :

Depuis la création de la Fondation APICIL en 2004, les demandes de formation à l’hypnose sont croissantes. Elles concernent  des soignants de tous services, de la pédiatrie à la gériatrie. Les demandes de formation émanent de différents  professionnels de santé : infirmières, médecins, aides-soignantes, sages-femmes etc.  


Plus de 700 personnes ont été
formées à l’hypnose
grâce à la Fondation APICIL


L’hypnose est un état modifié de la conscience qui permet à une personne de pouvoir changer la façon dont elle perçoit son corps et  son environnement. Elle peut ainsi permettre au patient de mettre une perception douloureuse à distance, ou d’en diminuer l’intensité. Les techniques d’hypnose sont connues depuis des milliers d’années mais son usage en douleur et en anesthésie date 18ème siècle.
L’hypnose médicale, inspirée des théories de Milton Erickson, est une technique validée et les preuves scientifiques de son efficacité sont de plus en plus nombreuses. C’est aussi un état d’esprit, une façon d’approcher le patient différemment.  L’attention particulière donnée au langage, permet aux mots d’agir sur le corps et l’esprit, grâce à des suggestions choisies.


La Fondation APICIL s’engage en permettant aux patients de bénéficier de ces méthodes efficaces qui apportent une plus grande humanité dans le parcours de la maladie. La Fondation APICIL souhaite former des équipes entières à ces pratiques afin de créer une cohésion autour de cette approche et une vraie dynamique de changement au sein des services.
En 2011, 7 nouvelles équipes hospitalières ont bénéficié de ces formations, qui sont toujours financées en partenariat étroit avec les établissements qui font la demande de formation.

Les établissement ont bénéficié d’une formation à l’hypno-analgésie grâce à la Fondation APICIL :  Le Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, le Centre Hospitalier de Villefranche sur Saône, la Clinique du Val d’Ouest, le centre de soins de suite et réadaptations Châteauneuf de Léognan, le Centre Hélio-Marin de Saint-Laurent de la Mer, le Centre Hospitalier Universitaire d’Aix-en-Provence et l'Institut Hospitalier Franco-Britannique, etc.


FondationAPICIL_Lettre08_WEB.pdf

La presse en parle


La Provence – 14 janvier 2015

"En place depuis près de deux ans dans le service tout le personnel soignant (sans exception) a été forme en trois jours, grâce à l'aide financière de la fondation Apicil.

Et le moins que l'on puisse d i r e, c ' e s t q u e l ' h y p n o a n a l g é s i e fait l’unanimité "Ça a changé le vécu du soin de l’enfant, et par extension le nôtre et celui des patient:,", admet Natacha Estournet, infirmière Sa collègue Patricia Poyatos, auxiliaire en puériculture de nuit, va dans ce sens « L’ambiance dans la salle de soins n’est plus du tout la même. II y a beaucoup moins de hurlements et de stress ». "

Ludovic FERRO

14 janvier 2015

METRONEWS LYON - 5 février 2015

"Non, l'hypnose n'est pas réservée au monde du spectacle et aux artistes comme Messmer. Depuis  quelques mois, l'hôpital Saint-Joseph/Saint-Luc de Lyon a décidé de former le personnel des urgences à cette pratique. Médecins, infirmiers, aides-soignants ou brancardiers ont donc appris comment « modifier l'état de conscience » des patients. « Ce n'est pas une baguette magique, mais cela nous permet de traiter la douleur et l'anxiété, précise Didier Brodsky, médecin urgentiste. »

Depuis le mois de juin 2014, environ 300 personnes ont ainsi été hypnotisées à Saint-Joseph/Saint-Luc."

PIERRE-ALEXANDRE BEVAND

15 février 2015

AUBAGNE AU JOUR LE JOUR

"L’hypnose, avant et pendant les soins, a désormais sa place à l'hôpital d’Aubagne. L'an dernier et en 2013, une quarantaine de soignants a été formée à l'hypnoanalgésie et « à la distraction par le jeu » des jeunes patients C'est Paula Battaglmi, chef du service pédiatrie, qui a permis l’obtention de cette formation dont le coût, 13 000 euros, a été financé, à parts égales, par la Fondation Apicil , dont la vocation est de lutter contre la douleur, et par L’hôpital. La formation de trois jours, assurée par L’association Sparadrap, a été tout de suite mise en application."

15 janvier 2015