L’hypnose : pour un accouchement en douceur

Partager sur :

La majorité des femmes est réceptive à cette technique assez simple mais qui nécessite une formation spécifique, qui a été financée par la Fondation APICIL. Aujourd’hui, les sages-femmes de l’hôpital Robert Debré formées arrivent à diminuer de moitié les douleurs de l’accouchement rien qu’avec l’hypnose et participent à ne laisser de ce moment unique de la vie, que des bons souvenirs ! 

« Elle permet qu’on se détente vraiment et elle nous fait partir dans notre imaginaire. On est concentrées sur des images positives plutôt que sur la douleur de notre corps, sur ce qu’on ressent. » Témoignage d’une maman.

Comme dans de nombreuses maternités hospitalières, l’hypnose n’a jamais été utilisée auparavant au sein de la maternité Robert Debré malgré l’existence du centre d’évaluation et de traitement de la douleur qui utilise cette technique dans différents services de l’hôpital. Le partenariat entre les deux services va permettre d’intégrer cette pratique nouvelle à la prise en charge de la douleur.

« Suite à une formation de sept jours, nous avons débuté par des techniques d’hypnoanalgésie pour aider les femmes à gérer leur douleur en salle de travail, puis en cours de préparation à la naissance. Aujourd’hui l’utilisation de l’hypnose en salle de travail est intégrée au protocole du dossier médical.Les cours de préparation à la naissance des sages-femmes formées, portent la mention d’hypnoanalgésie pour une meilleure orientation des patientes. » Catherine Califer, Florence Girault et Hélène Le Cornu, sages-femmes à l’hôpital Robert Debré.

Aujourd’hui, l’hypnose est utilisée quotidiennement dans les différents services de la maternité : consultations prénatales, salle de naissance, suites de couches, grossesse à haut risque, et cours de préparation à la naissance.

 


Communiqué de presse

Hypnose pour un accouchement sans douleur

La presse en parle


FRANCE SOIR

« (…) Ainsi, lors de l'accouchement, guidées par la sage-femme, les futures mères appliquent des techniques apprises en séances collectives ou individuelles.
Contrôle de la respiration, dissociation du corps et de l'esprit, visualisation... En se focalisant fortement sur un lieu ou une sensation agréable, la patiente « se détache » de la douleur, sans perdre conscience. « L'hypnose, c'est comme un muscle de l'imagination », résume Isabelle Ignace. Pour les futures mères auxquelles la péridurale est contre-indiquée, l'hypnose peut ainsi s'y substituer.(…) »

Juliette Demey

14 avril 2011

L’EXPRESS

«  (…) De plus en plus de femmes enceintes recourent à l'hypnose pour contrôler leurs douleurs lors de l'accouchement. A l'hôpital Robert Debré à Paris, la technique fait l'unanimité. Mettre au monde un enfant sans douleur et le plus naturellement possible, n'est-ce pas le rêve de la femme enceinte? L'utilisation de l'hypnose lors de l'accouchement pourrait satisfaire leur désir. Exit les péridurales et autres médicaments pour lutter contre la souffrance physique. Place aujourd'hui à l'hypno-analgésie. (…) »

Nastasia Desanti

13 avril 2011

LES ECHOS

«  Darina raconte que la sage-femme l'a "fait partir sur quelque chose qu'(elle) aimait". Pendant les contractions, "ça a vraiment marché, j'étais heureuse", dit-elle. Ca a moins fonctionné pendant l'accouchement lui-même. Karine était "en confiance" et a "bien senti la descente de l'enfant". Delphine assure que "ça l'a aidée à ne pas avoir peur avant". Amandine parle de la sensation "d'avoir oublié la douleur", tout en restant "consciente". C'était "beaucoup plus efficace que les médicaments anesthésiques"»

Jean Ayissi

13 avril 2011