Anesthésie et échographie : un progrès majeur contre la douleur !

Partager sur :

La technique d’anesthésie loco régionale écho guidée (sous échographie) consiste à n'endormir que la partie du corps sur laquelle se déroule l'intervention chirurgicale, en injectant le produit anesthésiant à proximité des nerfs concernés.Le médecin anesthésiste bloque alors un nerf avec un anesthésique local pour éviter l'influx douloureux.
Elle se révèle très efficace pour la prévention des douleurs post-opératoires et des effets secondaires liés à la chirurgie ou à l’anesthésie.

Prévenir les effets secondaires

L’anesthésie loco régionale écho guidée permet une diminution importante de la quantité de produits anesthésiques injectés. Elle permet la prévention des douleurs post-opératoires et des effets secondaires liés aux produits (nausées et vomissements).
Les temps de récupération et d’hospitalisation sont également réduits. En orthopédie parexemple, les professionnels constatent que les résultats de la rééducation sont optimisés et les temps de kinésithérapie écourtés.

Une formation nécessaire

En cours de développement chez l’adulte, la technique doit être adaptée aux spécificités de l’enfant. La formation des anesthésistes est notamment nécessaire pour l’utilisation de l’échographe.
« Cette formation à l'échographie pour la réalisation des anesthésies locorégionales a totalement changé nos pratiques : au total, moins de douleur, plus d'indications donc un bénéfice réel pour nos patients ». Docteur Chantal DELAFOSSE, anesthésiste spécialisée en douleur.

Depuis 2011, le service d’anesthésie de l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon a déjà formé 70 médecins anesthésistes, 50 internes et plus de 2 000 enfants ont pu bénéficier de ce nouveau procédé. L’achat du matériel et le développement des formations ont été soutenus par la Fondation APICIL.


CP HOP FEMME MERE ENFANT _ LYON FONDATION APICIL.pdf

La presse en parle


Le tout Lyon

"Convaincu que la guérison ne s'arrête pas à la sortie de l'hôpital, le docteur Serge Duperret, chef du service de réanimation de l'hôpital de la Croix-Rousse, s'est inquiété du sort de ces patients greffes, perturbés par des sentiments confus et mêles de douleur, d'empathie, de gratitude et de peine non évacuée. Il a alors soutenu Noel Rugliano dans son projet d'association « Carnet de voyage », créée en novembre 2014, qui propose un atelier d'écriture et de parole pour les personnes transplantées.

Il se déroule dans un local prêté par la mairie du cinquième arrondissement de Lyon sous la houlette d'Isabelle Sarcey, biographe et animatrice professionnelle, lors de séances mensuelles de trois heures.(...)"

Agnès Giraud-Passot

19 janvier 2015

Le progrès – 19 janvier 2015

"Un atelier d'écriture pour les patients greffes Depuis novembre 2014, un atelier d'écriture et de parole pour les personnes greffées se réunit une fois par mois dans une annexe de la mairie du 5e à Lyon. Animé par Isabelle Sarcey d'Iscriptura, il a été initié par Noel Rugliano, président de l'association « Carnet de voyage », transplanté en 2011, et le Dr Serge Duperret, chef du service réanimation de l'Hôpital de la Croix-Rousse. Il est soutenu par la Fondation APICIL contre la douleur. L'atelier  'adresse aux personnes qui ont subi une transplantation de tout organe solide, ainsi qu'aux aidants et accompagnants. Chaque séance se déroule sur trois heures. »"

19 janvier 2015