Un concours national sur l’accueil de l’enfant anesthésié et opéré

Partager sur :

Le palmarès du concours national sur l’anesthésie de l’enfant a été dévoilé le 21 septembre 2012 au congrès de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation.

Organisé par l’association SPARADRAP, ce concours visait à encourager et à valoriser les actions des équipes d’anesthésie investies dans un accompagnement respectueux des besoins des enfants et de leurs parents.

Les trois premiers lauréats sont les équipes d’anesthésie du C.H.R.U. de Strasbourg (centre d’endoscopie et de chirurgie ambulatoire), du C.H.U. de Rennes (chirurgie pédiatrique) et du C.H. de Roanne (bloc opératoire). Trois prix d’encouragement et trois prix de soutienégalement financés par la Fondation APICIL ont été décernés.

Ce concours a bénéficié du soutien d’Abbott, de la Fondation Apicil, de la Fondation de France, de l’Union Nationale des Associations Familiales et du parrainage du Ministère de la Santé. Grâce à la Fondation Apicil, les lauréats ont reçu des prix allant de 500 à 4 000 €.

1 million d'enfants sont anesthésiés chaque année, et même si les conditions techniques et la sécurité ont largement progressé, l'anesthésie reste une source d'inquiétude importante pour l'enfant et ses parents. A l’appréhension liée au résultat de l’opération, s’ajoutent la peur de l’anesthésie, du bloc opératoire, de la séparation d’avec les parents, de la douleur…

Ces peurs légitimes peuvent être considérablement réduites lorsqu’un projet d’accueil spécifique des enfants est mis en place par le service d’anesthésie. En effet, des solutions existent pour faciliter l’accompagnement de l’enfant opéré, de la préparation jusqu’au réveil post-opératoire et plusieurs équipes soignantes ont déjà mis en place des actions efficaces adaptées à la pédiatrie. « C’est pour encourager ces initiatives et favoriser leur développement que nous avons lancé en 2011 un concours national auprès des équipes d’anesthésie » explique Françoise Galland, directrice de l’association SPARADRAP.

Pour concourir, les candidats devaient déposer leur dossier entre septembre 2011 et mai 2012 suivant le règlement établi par un groupe de travail composé de professionnels de l’anesthésie et de la pédiatrie. Chaque équipe devait fournir le descriptif détaillé des actions mises en place, des photographies et des vidéos et si possible une étude d’évaluation.

L’association SPARADRAP a reçu 13 dossiers éligibles, très variés selon la structure de l’établissement (Centres Hospitaliers Universitaires, Centres Hospitaliers, structures privées), le type d’hospitalisation (conventionnelle ou ambulatoire), le nombre d’enfants accueillis (entre 200 et 9 000 par an), la présence ou non d’une salle de réveil spécifiquement pédiatrique...

Le jury était pluridisciplinaire, composé de professionnels de l’anesthésie, de psychologues pour enfants et d’une sociologue. Pour sélectionner les dossiers, les membres du jury ont prêté une attention particulière à tout ce qui était mis en place pour faciliter l’information de l’enfant et de sa famille, le bien-être et le confort, la séparation d’avec les parents, l’évaluation et le soulagement de la douleur, l’information et la présence des parents en post-opératoire. La démarche d’équipe, l’instauration de protocoles et d’une démarche d’évaluation et de pérennisation faisaient également partie des critères de sélection.


Télécharger le communiqué de presse

Communiqué de presse
Affiche Concours Sparadrap
Dossier de presse du concours sparadrap.pdf

La presse en parle


LA REVUE PRATICIEN

"Un million d'enfants sont anesthésiés chaque année, et si les conditions techniques et la sécurité de l'anesthésie ont largement progressé, ce moment reste une source d'inquiétude importante pour l'enfant comme pour ses parents. (...) L'association Sparadrap organise donc avec le soutien du laboratoire Abbott, de la fondation Apicil, de la fondation de France, de l'Union nationale des associations familiales et sous le parrainage du ministère de la Santé, un concours national sur l'anesthésie de l'enfant (...)" C.D.

 

01 octobre 2011