La « relation d’aide » un accompagnement non médicamenteux

Partager sur :

La « relation d’aide » a été initiée en 2009 par les infirmières anesthésistes de l’hôpital de la Croix-Rousse, grâce à un partenariat entre la Fondation APICIL et la Ligue contre le cancer du Rhône.

Formées à différentes techniques psychocorporelles, deux infirmières, Myriam et Françoise proposent aux patients atteints de cancer de soulager leurs souffrances : après le diagnostic, avant une intervention chirurgicale lourde, lors des traitements de radiothérapie ou de chimiothérapie et parfois en accompagnement des traitements instaurés après la chirurgie.

Soutenues par leur institution, elles proposent des séances de relaxation, d’hypnose[1], de RESC[2], de toucher-massage ou encore de sophrologie, afin d’améliorer le confort physique et moral du patient.

Elles ont pu démontrer que la « relation d’aide » optimise la qualité des suites opératoires et prévient même certaines décompensations physiques et psychiques.

Traiter la souffrance morale dans le cas d’une chirurgie lourde permet d’agir sur l’anxiété et le ressenti douloureux. Depuis deux ans, près de 350 patients ont été pris en charge : il a été constaté une diminution importante de la douleur, de l’anxiété et une amélioration du sommeil. 80%[3] des patients se sont dits très satisfaits et ont noté une augmentation globale du bien-être grâce à cette prise en charge émotionnelle.

L’intérêt suscité par la « relation d’aide » entraine l’adhésion des membres de l’équipe, et également celle de l’institution : un grand nombre de soignants du service a été formé à des techniques psychocorporelles, dans le but d’étendre la relation d’aide et de l’intégrer de façon pérenne dans le parcours du patient, tout le long de son hospitalisation.

Un film financé par la Fondation APICIL, qui permet de comprendre la RESC (Résonance énergétique par stimulation cutanée).

 

 

 


[1] Hypnose Ericksonnienne

[2] La Résonance Energétique par Stimulation Cutanée (RESC) est une méthode de soin et de soutien aux traitements conventionnels. Elle entre dans le cadre de la médecine traditionnelle chinoise et utilise la propagation des ondes de son dans les liquides humains. (http://www.resc.fr/)

[3] Etude réalisée sur 140 patients en 2009.


CP RELATION D'AIDE CHIRURGIE DU CANCER Croix-Rousse 12 décembre 2008.pdf
FondationAPICIL_LETTRE06.pdf

La presse en parle


LE QUOTIDIEN DU MEDECIN

« (…). Une convention de mécénat de 65 400 euros a été récemment signée entre l’hôpital Nord de la Croix-Rousse, la Fondation APICIL contre la douleur et la Ligue contre le cancer du Rhône, pour développer un projet de « relation d’aide » dans le service du Pr Jean-Paul Viale. Sous cette appellation générique se trouve un projet extrêmement innovant qui expérimente des thérapies non médicamenteuses pour traiter la douleur des patients cancéreux (…) »
Caroline Faesch

29 janvier 2009

LE PROGRES

« A la croix-rousse, des infirmières proposent relaxation, hypnose et massages pour soulager des patients. Une initiative soutenue par la Fondation APICIL et la Ligue contre le cancer. (…) »
Sylvie Montaron

13 décembre 2008

LE TOUT LYON

« À l’initiative des HCL Nord Croix-Rousse, les infirmières du service anesthésie-réanimation du professeur Jean-Paul Viale ont mis en place des méthodes innovantes de prise en charge de la douleur post-opératoire chez les patients cancéreux : le projet de « relation d’aide ». Il s’agit d’une approche non médicamenteuses de la douleur par un suivi psychologique, par de la relaxation, du toucher massage, de la résonnance énergétique par stimulation cutanée. (…) »

20 décembre 2008