Soins palliatifs : L’Art pour accompagner la vie

Partager sur :

La vie jusqu’au bout ! Au CHU de Nice, « le projet Harmonie » introduit l'art auprès des patients hospitalisés au sein de la nouvelle unité de soins palliatifs; 2 après-midi par semaine, ils sont invités aux pauses d'expressions artistiques en compagnie de l'artiste plasticienne Patricia Gaultier qui les initie à la peinture, au dessin, au modelage...
Dans des locaux plus spacieux et mieux adaptés, l'unité de soins palliatifs du CHU, la seule du département des Alpes-Maritimes, a vu sa capacité d’accueil doubler passant de 6 à 12 lits d’hospitalisation complète. La politique culturelle du CHU s’est appliquée à intégrer l’Art dès la phase des travaux de rénovation. "Il ne s'agissait pas de calquer une initiative artistique mais de mener un projet au long cours avec les équipes médicales et soignantes, en complément de leurs prises en charge" relate Martine Rajzman, Directrice de la communication, de la culture et de la documentation du CHU de Nice.

"Les soins palliatifs sont des soins actifs " explique le Docteur Jean-François Ciais- chef de l'unité. Ils contribuent à préserver une qualité de vie, un confort jusqu'au bout, jusqu'au dernier souffle. L'art a toute sa place quand il s'agit d'aider la personne à vivre sa relation aux autres, à soi-même, à son environnement"

Le film réalisé par Stéphane PiernetUnik TV montre, à travers des témoignages de médecins et de personnels soignants, comment l’art améliore la prise en charge de la douleur physique et psychique des patients et de leurs proches. A visionner sur http://www.unik.tv
Reconnue d'utilité publique, la Fondation APICIL contre la douleur agit dans toute la France pour encourager des initiatives innovantes qui font reculer la douleur, en complément des solutions médicamenteuses. Parce qu'elle se mobilise pour faire évoluer les pratiques, elle a apporté son appui financier à la réalisation du projet HARMONIE dans l'unité des soins palliatifs de l'Hôpital de l'Archet 1 (Nice / 06).


CP HARMONIE CHU NICE _ FONDATION APICIL.pdf