L’hypnose en anesthésie Pédiatrique

Partager sur :

Depuis quelques années, cette technique connait un intérêt grandissant : réduction des doses médicamenteuses, du stress, de l’agitation, de la douleur et plus grande implication des enfants dans le soin.

A la clinique du Val d’Ouest, l’hypnose concerne les actes de chirurgie dermocutanés habituellement réalisés sous anesthésie générale. Dans certains cas, l’hypnose permet d’éviter cette anesthésie.
L’hypnose est proposée lors de l’entretien avec le chirurgien et en présence des parents. Des petits exercices réalisés lors de la consultation avec le médecin-anesthésiste préparent l’induction hypnotique en identifiant les centres d’intérêt de l’enfant.

Avant l’entrée au bloc opératoire, une auxiliaire puéricultrice formée prépare l’enfant pour le rassurer sur l’environnement inhabituel du bloc opératoire. Elle lui fait remarquer la couleur des murs, des vêtements, les bruits de monitoring, etc.
Au bloc, l’infirmière anesthésiste communique par gestes avec le chirurgien. Elle sera le seul interlocuteur de l’enfant.

« Pauline, 16 ans, doit se faire opérer d’un naevus au bras. Lors de l’entretien avec l’anesthésiste, elle a parlé de son intérêt pour la plongée sous-marine. Au bloc, l’infirmière, Karima lui fait imaginer une plage. Pauline ferme les yeux et la plongée commence ! Pendant toute l’intervention, le dialogue avec Karima est continu, Pauline parle et commente sa plongée. Grâce à la communication qui s’est établie entre le chirurgien et l’infirmière, les éléments de l’intervention sont intégrés dans l’imaginaire de Pauline : l’antiseptique se transforme en eau de mer, les aiguilles en oursins, les frottements en poissons, etc.
Après 20 minutes dans la salle d’opération, Pauline ouvre les yeux, elle est consciente et n’a presque rien senti ! Avant l’intervention, on lui a seulement appliqué une crème anesthésiante sur la zone opérée. Financée par la Fondation APICIL, la formation à l’hypnoanalgésie de toute l’équipe est essentielle pour la réussite des interventions. »

Financée par la Fondation APICIL, la formation à l’hypnoanalgésie de toute l’équipe est essentielle pour la réussite des interventions.