Le projet Arthus a été financé en 2020 par le Fondation APICIL, pour en savoir plus sur son fonctionnement, consultez la brochure.

Le projet NURSPAINPREVENT vise à prévenir et à réduire la douleur provoquée par la toilette au lit. Ce projet fait suite à différents audits cliniques réalisés dans le groupe hospitalier qui montraient que la toilette
au lit est l’un des gestes le plus pourvoyeur de douleur au quotidien. Ce  constat avait déjà été fait par les différents professionnels impliqués dans la prise en charge de la douleur. Le groupe des porteurs du projet a considéré que l’amélioration des pratiques dans ce domaine devait passer par la promotion des bonnes pratiques portée par les professionnels directement impliqués dans les soins de nursing.
C’est dans cette optique qu’il a été décidé de proposer aux soignants une formation interactive par le biais du jeu théâtral. L’objectif est de s’appuyer sur un dispositif de formation innovant et reconnu pour sa capacité à marquer les esprits des participants. Il s’agit non seulement de compléter leur connaissance des différents procédés antalgiques des douleurs provoquées par les soins de nursing et également pour les transformer en « messagers des bonnes pratiques » auprès de leurs collègues. Une tablette tactile sera remise de chaque participant afin qu’il dispose de vidéos et autres supports pour illustrer les points clés de la prévention de la douleur induite. Le but est de sensibiliser de manière exponentielle les professionnels (1
participant dispense les messages auprès de 7 collègues en moyenne). Nous tablons sur une démarche participative pour développer et pérenniser la  prévention de la douleur et ainsi réduire les scores de douleur liés à la réalisation de la toilette.

RAPPORT FINAL version N°1 du 13/11/2020

« Intérêt de l’évaluation de la DOuleur par la FAMIlle des patients en Limitation et Arrêt des thérapeutiques actives admis en urgence. Etude DOFAMILA.»

Objectif : Comparer l’évaluation de la douleur par la famille ou la personne de confiance et par les équipes soignantes au sein d’une population de  patients non communicants pour lesquels est prise une décision de LATA aux urgences.

Dr Laurent Jacquin – HCL