Prix SFAR – Fondation APICIL : promouvoir la recherche sur la douleur péri-opératoire.

En partenariat avec la Fondation APICIL, la SFAR (Société Française d’Anesthésie Réanimation) attribuera un prix de 15 000 € à un médecin anesthésiste-réanimateur et/ou une équipe de recherche, pour la réalisation d’un projet de recherche clinique ou fondamental relatif aux stratégies innovantes au service de la douleur.

Ce prix a pour objectif de promouvoir la recherche dans le domaine de la douleur péri-opératoire, et plus particulièrement des stratégies diagnostiques ou thérapeutiques innovantes – qu’elles soient médicamenteuses ou non médicamenteuses.

Soumission en ligne du 24 mars au 11 juin 2021, à 12h00.

Plus d’informations sur le site de la SFAR : Contrats de partenariat – La SFAR

Etude Steracovid : Isolement et Covid-19

Quel accompagnement pour les personnes âgées fragiles ?

La souffrance psychique entraînée par l’épidémie de Covid-19 touche tous les français et particulièrement les populations fragiles et isolées. Ce constat a amené la Haute Autorité de Santé (HAS) à recommander un suivi des patients psychiatriques avec une attention particulière pour les personnes âgées. Elle préconise notamment de maintenir et renforcer l’offre de soins ambulatoires grâce aux prises en charge à distance par téléphone ou vidéo.

Cette expérience inédite pour les patients comme pour les professionnels de santé a amené le CHU de Saint-Etienne et l’hôpital du Vinatier de Lyon, soutenus par la Fondation APICIL, à imaginer le projet Steracovid.

Ce projet de recherche vise à analyser les comportements adaptatifs mis en place par les patients, et qui ont permis de limiter l’apparition d’un stress post-traumatique après le premier confinement. Certains facteurs comme les conditions de confinement, le type de personnalité, le style d’attachement et les événements de vie influencent les stratégies employées par les patients pour diminuer leur anxiété pendant et après cet épisode traumatique.

L’objectif final est de mieux comprendre les mécanismes psychiques de chacun et d’identifier les patients à risque de présenter une importante douleur morale (syndrome de stress post-traumatique, aggravation de l’état psychologique) durant une éventuelle troisième vague de la maladie Covid-19 ou l’émergence d’une nouvelle épidémie. Les équipes médicales pourront ainsi renforcer et adapter les dispositifs de prise en charge via la téléconsultation ou les visites à domicile.

Covid-19 et douleur

Les conséquences douloureuses de la Covid-19 ne sont pas encore toutes connues. On sait qu’au-delà des séquelles pulmonaires et neurologiques prévisibles, sont attendues des séquelles douloureuses liées à la Covid-19 ou à sa prise en charge. Les douleurs chroniques les plus observées sont des myalgies (douleurs des muscles), des céphalées et les arthralgies (douleurs articulaires).

Depuis novembre 2020, la Fondation APICIL, propose un appel à projets à destination des professionnels de santé et des chercheurs, sur les conséquences douloureuses, somatiques et psychiques de la Covid-19 persistant au moins un mois après l’infection par la Covid-19. En savoir plus.

Prise en charge de la douleur, la Fondation APICIL est partenaire de la Société Française d’Etude et Traitement de la Douleur

Photo : professeur Valéria Martinez, Présidente de la SFETD.

La Société Française d’Etude et Traitement de la Douleur (SFETD) est une association loi 1901. Elle a pour vocation de réunir tous les professionnels de santé afin de favoriser les soins, l’enseignement, la recherche en matière de douleur. Son ambition est de privilégier la pluriprofessionnalité, la pluridisciplinarité et de créer une interface entre les chercheurs fondamentalistes et les cliniciens.

La Fondation APICIL, quant à elle, est une fondation Reconnue d’Utilité Publique qui soutient les porteurs de projets qui œuvrent pour améliorer la prise en charge de la douleur au bénéfice des patients, des soignants et des proches aidants. Elle est engagée, partout en France, dans le cadre du mécénat, pour l’intérêt général. Ensemble, ces deux structures agissent pour le développement de la prise en charge de la douleur sous toutes ses formes.

Le point de vue de Valeria Martinez nouvelle présidente de la SFETD

Elue en novembre 2020, le Professeur Valeria Martinez, nouvelle présidente de la SFETD a répondu à nos questions. La 1ère femme présidente de la SFETD présente ses priorités et les orientations qu’elle entend donner à la société savante.

Ses priorités

Dans la continuité de ce qui a été entrepris par le Pr Frédéric Aubrun et son équipe, le Pr Valeria Martinez ambitionne d’améliorer le parcours du patient douloureux chronique. Elle souhaite renforcer les liens entre l’hôpital et la ville autant qu’entre la ville et l’hôpital.

Ses orientations

Dans son programme, le Pr Valeria Martinez est particulièrement attentive à la prévention de la douleur chronique, elle souhaite réduire l’errance de diagnostic et rappelle que les plus pauvres sont aussi les plus vulnérables.

Ses recommandations

Pendant cette crise sanitaire, beaucoup de patients ont eu peur de se rendre chez leur médecin et/ou ont interrompu leur suivi spécialisé. Cette situation est particulièrement dangereuse en douleur, avec un risque d’aggravation des symptômes douloureux et de mésusage des antalgiques.

En savoir plus : La prise en charge de la douleur s’effectue dans les Structures Douleur Chronique. Pour trouver la structure douleur chronique la plus proche de chez vous, parmi les 243 existantes en France, rendez‑vous sur le site de la SFETD : www.sfetd.fr.
L’accès à ces structures nécessite une prescription médicale qui peut émaner du médecin traitant ou d’un spécialiste. R

Sur les traces d’Erich Schwam, discret et généreux donateur de la Fondation APICIL

Ce début d’année 2021, la Fondation APICIL a été désignée légataire de Monsieur Erich Schwam décédé le 25 décembre 2020 à Lyon, à l’âge de 90 ans.

Né en Autriche le 21 octobre 1930, Erich Schwam* quitte l’Autriche en 1941 avec ses parents et sa grand-mère maternelle. En 1942, la famille est internée au camp de Rivesaltes. Son père, Oskar est médecin à la maternité d’Elne, annexe du camp gérée par le Secours Suisse, tandis que sa mère, Malcie, aide à créer une bibliothèque dans ce camp, dans des conditions particulièrement difficiles.

En février 1943, la famille Schwam est orientée vers le Chambon-sur-Lignon. Erich, alors âgé de 12 ans, est pris en charge par le Secours Suisse à la maison d’enfants de Faïdoli. Il s’inscrit en 1950 à l’université de Lyon en pharmacie et obtient son diplôme en 1957.

L’année précédente, il épouse Colette Ponthus et obtient la nationalité française. C’est après son service militaire en Algérie, qu’il entame sa carrière pour de grands laboratoires industriels lyonnais. Lors d’une rencontre en 2013 avec le président de la Fondation APICIL, Erich Schwam fait part de son souhait de léguer une partie de son patrimoine à la lutte contre la douleur, ce qu’il fera officiellement dans son testament du 9 novembre 2020 pour un montant de 100 000 €.

La Fondation APICIL est sensible à la générosité de son bienfaiteur dont bénéficient également l’association À chacun son Everest, la Société Protectrice des Animaux ainsi que la commune du Chambon-sur-Lignon « en remerciement de l’accueil qui m’a été réservé par les nombreux habitants dans le domaine éducatif ».

Comme tous les dons et legs effectués à la Fondation APICIL, le don de Monsieur Erich Schwam est exonéré de droits de succession et sera entièrement consacré à des projets de lutte contre la douleur, physique et psychique à tous les âges de la vie, sur le territoire français.

* Recherches effectuées par l’historien Gérard Bollon.
Photo © Commune du Chambon‑sur‑Lignon.

n°25 – Quelle prise en charge des douleurs ?

Dans cette période particulière, il est nécessaire de rappeler l’importance de la continuité des soins pour tous les patients. L’épidémie de Covid-19 entraine une peur et une anxiété qui incitent les patients à ne pas consulter pour la prise en charge de la douleur, augmentant ainsi le risque d’aggravation des symptômes douloureux et un mésusage des antalgiques. La Fondation APICIL continue de se mobiliser en partenariat avec la Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur, afin de rappeler à tous que la douleur ne s’arrête pas avec la Covid-19. Vous retrouverez tous ces éléments dans la Newsletter n°25.

La 23e édition de la Semaine du Cerveau 2021 aura bien lieu !

L’année 2020 nous a sensibilisés aux enjeux de santé publique. Elle nous a aussi questionnés sur nos vulnérabilités et nos forces, notre capacité de résilience ou encore l’importance des interactions sociales et du numérique. Les recherches sur le cerveau dévoilent chaque année de nouvelles connaissances, sur ces questions comme sur beaucoup d’autres. L’édition lyonnaise de la Semaine du cerveau prévoit onze évènements, tous accessibles en ligne.

Plus d’informations sur l’édition lyonnaise sur le site de Pop’Sciences

consultez le communiqué de presse : CP-SDC-2021-VDEF.pdf (fondation-apicil.org)

La Fondation APICIL est partenaire de la Semaine du Cerveau, elle participe à la diffusion des connaissance et la vulgarisation de la recherche scientifiques sur le cerveau, afin de rendre la science compréhensible et accessible au plus grand nombre.

Prix SFETD- Fondation APICIL Innovations physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques

En partenariat avec la SFETD, la Fondation APICIL attribue le Prix SFETD/ Fondation APICIL « Innovations physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques au service des patients douloureux » d’un montant de 15000 euros pour permettre à un professionnel de santé (médical ou paramédical), un jeune chercheur scientifique en cours de thèse ou en stage postdoctoral, de réaliser, poursuivre ou achever un projet de recherche dans le domaine de la douleur. Pour en savoir plus : Prix et appel d’offre – SFETD – Site web de la Société Française d’Etude et du Traitement de la Douleur (sfetd-douleur.org)