Sur les traces d’Erich Schwam, discret et généreux donateur de la Fondation APICIL

Ce début d’année 2021, la Fondation APICIL a été désignée légataire de Monsieur Erich Schwam décédé le 25 décembre 2020 à Lyon, à l’âge de 90 ans.

Né en Autriche le 21 octobre 1930, Erich Schwam* quitte l’Autriche en 1941 avec ses parents et sa grand-mère maternelle. En 1942, la famille est internée au camp de Rivesaltes. Son père, Oskar est médecin à la maternité d’Elne, annexe du camp gérée par le Secours Suisse, tandis que sa mère, Malcie, aide à créer une bibliothèque dans ce camp, dans des conditions particulièrement difficiles.

En février 1943, la famille Schwam est orientée vers le Chambon-sur-Lignon. Erich, alors âgé de 12 ans, est pris en charge par le Secours Suisse à la maison d’enfants de Faïdoli. Il s’inscrit en 1950 à l’université de Lyon en pharmacie et obtient son diplôme en 1957.

L’année précédente, il épouse Colette Ponthus et obtient la nationalité française. C’est après son service militaire en Algérie, qu’il entame sa carrière pour de grands laboratoires industriels lyonnais. Lors d’une rencontre en 2013 avec le président de la Fondation APICIL, Erich Schwam fait part de son souhait de léguer une partie de son patrimoine à la lutte contre la douleur, ce qu’il fera officiellement dans son testament du 9 novembre 2020 pour un montant de 100 000 €.

La Fondation APICIL est sensible à la générosité de son bienfaiteur dont bénéficient également l’association À chacun son Everest, la Société Protectrice des Animaux ainsi que la commune du Chambon-sur-Lignon « en remerciement de l’accueil qui m’a été réservé par les nombreux habitants dans le domaine éducatif ».

Comme tous les dons et legs effectués à la Fondation APICIL, le don de Monsieur Erich Schwam est exonéré de droits de succession et sera entièrement consacré à des projets de lutte contre la douleur, physique et psychique à tous les âges de la vie, sur le territoire français.

* Recherches effectuées par l’historien Gérard Bollon.
Photo © Commune du Chambon‑sur‑Lignon.

La 23e édition de la Semaine du Cerveau 2021 aura bien lieu !

L’année 2020 nous a sensibilisés aux enjeux de santé publique. Elle nous a aussi questionnés sur nos vulnérabilités et nos forces, notre capacité de résilience ou encore l’importance des interactions sociales et du numérique. Les recherches sur le cerveau dévoilent chaque année de nouvelles connaissances, sur ces questions comme sur beaucoup d’autres. L’édition lyonnaise de la Semaine du cerveau prévoit onze évènements, tous accessibles en ligne.

Plus d’informations sur l’édition lyonnaise sur le site de Pop’Sciences

consultez le communiqué de presse : CP-SDC-2021-VDEF.pdf (fondation-apicil.org)

La Fondation APICIL est partenaire de la Semaine du Cerveau, elle participe à la diffusion des connaissance et la vulgarisation de la recherche scientifiques sur le cerveau, afin de rendre la science compréhensible et accessible au plus grand nombre.

Prix SFETD- Fondation APICIL Innovations physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques

En partenariat avec la SFETD, la Fondation APICIL attribue le Prix SFETD/ Fondation APICIL « Innovations physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques au service des patients douloureux » d’un montant de 15000 euros pour permettre à un professionnel de santé (médical ou paramédical), un jeune chercheur scientifique en cours de thèse ou en stage postdoctoral, de réaliser, poursuivre ou achever un projet de recherche dans le domaine de la douleur. Pour en savoir plus : Prix et appel d’offre – SFETD – Site web de la Société Française d’Etude et du Traitement de la Douleur (sfetd-douleur.org)

Nouvel appel à projets de la Fondation APICIL destiné aux chercheurs et soignants

Parallèlement à son activité, la Fondation APICIL, engagée pour le soulagement de la douleur, propose un appel à projets sur les conséquences douloureuses de la Covid‑19. Cet appel à projets est orienté sur les séquelles douloureuses au moins un mois après l’infection par la Covid-19. Les dimensions somatiques et psychiques sont retenues. (Sont exclues les complications liées à une forme aiguë et celles liées au confinement).

Les projets « douleur » sans lien avec la Covid‑19 sont toujours étudiés dans les mêmes conditions. La prise en charge de la douleur doit continuer d’être une priorité : à la fois pour les douleurs qui pourraient s’aggraver ou se chroniciser des suites de la Covid-19, mais également par suite d’une non prise en charge des autres causes de douleurs.

EN SAVOIR PLUS —> ICI

2ème vague de la COVID-19 : le soutien aux professionnels de santé réaffirmé

La Fondation APICIL et l’association SPS lancent du 5 novembre au 15 décembre une nouvelle campagne : « Je suis professionnel·les de la santé, j’ai aussi besoin d’être soutenu·e ». L’objectif : faire connaître son dispositif d’accompagnement psychologique à tous les professionnels de la santé, sans exception ; faire en sorte que ceux et celles en état de vulnérabilité ne restent pas seul.e.s.

Lancée lors du premier confinement, le 23 mars dernier, la première campagne de communication SPS a engendré plus de 4 500 appels sur la plateforme téléphonique (numéro vert 0 805 23 23 36, entretiens anonymes et gratuits, 24h/24 7j/7). Un nombre qui représente environ la moitié du total des appels enregistrés à ce jour depuis la création du dispositif fin 2016 (près de 9 500 appels soit 7 par jour en moyenne, dont près du quart provient d’infirmier·ère·s ; viennent ensuite aide-soignants et médecins). Un nombre qui reflète aussi l’important besoin de soutien et d’accompagnement des professionnels de la santé durement confrontés à la pandémie actuelle. C’est pourquoi SPS et la Fondation APICIL réitèrent cette campagne, qui a montré son efficacité, sur l’ensemble du territoire français.

Pour l’association SPS et la Fondation APICIL, à l’heure d’une crise sanitaire sans précédent, « il est plus que jamais important de prendre soin de ceux qui nous soignent ».

Consulter le communiqué de presse

Résultats du travail sur l’évaluation d’impact

Soucieuse de mieux connaître les attentes des porteurs de projets et les impacts de l’accompagnement proposé par la Fondation APICIL depuis sa création, la Fondation APICIL a réalisé en 2020 un travail d’enquête auprès des soignants, chercheurs, ou responsables associatifs qui ont bénéficiés d’une aide de la Fondation APICIL.

Afin de garantir le sérieux et l’impartialité de cette démarche, Fondation APICIL a fait appel au cabinet de conseil ALQUALINE, spécialisé dans l’évaluation et l’analyse stratégique des structures œuvrant dans les secteurs sanitaire et médico-social, pour réaliser cette mission en toute indépendance.

L’étude a eu pour objectif principal d’évaluer les impacts des partenariats établis avec la Fondation APICIL : impacts sur la mise en œuvre et l’évolution des projets d’une part, sur l’amélioration de la prise en charge de la douleur d’autre part. Un objectif secondaire a consisté à identifier des propositions et des opportunités d’évolution pour la Fondation APICIL.

Pour consulter le rapport complet incluant le détail de la méthodologie et des résultats :

Nouveau reportage : soulager les douleurs rebelles du cancer

La prise en charge de la douleur en cancérologie a beaucoup progressé au cours des dernières décennies et 80% des patients sont soulagés de leurs douleurs de manière satisfaisante. Mais chez certains patients, la douleur est dite rebelle et nécessite l’accès à des techniques de pointe très spécifiques. C’est le cas de l’analgésie par intrathécale qui consiste à administrer des médicaments directement dans le liquide céphalo-rachidien (LCR), permettant d’augmenter considérablement leur puissance tout en diminuant les doses et donc les effets secondaires. Cependant, il s’agit d’une technique complexe et peu d’équipes en disposent. Le projet ITARA, soutenu par la Fondation APICIL, a pour objectif de créer une collaboration entre les établissements hospitaliers afin de faire bénéficier de cette technique aux patients de toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, même s’ils se situent à distance des centres de référence.

Projet : Centre Léon Bérard, CHU de Saint-Etienne

Soutien au projet : Fondation APICIL

Réalisation : Pierre Rapey

Son : Christophe Foulon

15 décembre 2020 : date de dépôt des projets « douleur »

La prochaine date de dépôt des dossiers est fixée au 15 janvier 2021. La réponse sera donnée en mars 2021.

Pour déposer une demande de subvention : Cliquez ICI.

Dates limites de réception des dossiers « douleur » 4 sessions par an :

  • dépôt le 15 janvier : réponse en mars
  • dépôt le 15 mars : réponse en juin
  • dépôt le 15 juin : réponse en septembre
  • dépôt le 15 octobre : réponse en décembre.

Procédure de sélection :

Tout projet adressé à la Fondation APICIL sera examiné par l’équipe de la Fondation APICIL qui le proposera ensuite au conseil scientifique pour expertise, puis au conseil d’administration pour validation.

« Idées reçues sur la douleur » aux éditions le Cavalier Bleu

La Fondation APICIL a réalisé avec le Conseil Scientifique cet ouvrage destiné au grand public. Ce livre montre toutes les facettes de la douleur (aiguë, chronique, psychique, somatique…), les différentes façons dont le corps peut réagir en fonction de l’âge, du sexe, de la culture, et les manières de l’évaluer et de l’atténuer. 20 chapitres exclusivement écrits pour confirmer ou infirmer les idées reçues sur la douleur. Ce livre a été coordonné par Nathalie Aulnette, directrice de la fondation APICIL, et écrit par les membres du Conseil Scientifique de la Fondation, sous la direction du Pr. Bernard Laurent, neurologue et président du Conseil scientifique.

Disponible en librairie, édition Le Cavalier Bleu, collection « idées reçues ».

Une nouvelle communication pour la Fondation APICIL !

Accompagnée dans sa mue par l’agence lyonnaise Théra, la Fondation APICIL
fait peau neuve !


Un nouveau logo et une nouvelle identité visuelle pour mieux rendre compte
des actions de la Fondation ; une nouvelle signature « Engagés pour soulager
la douleur » pour exprimer l’engagement partagé de la Fondation avec les
acteurs de terrain : soignants, chercheurs, associations, qui agissent au
quotidien pour les personnes rendues vulnérables par la douleur.